Pas besoin de connaissance musicale
pour apprendre le chant diphonique.
Il faut juste chanter pour soi-même,
avec son corps, son cœur et son esprit.

Vous souhaitez suivre un cours ?

Le Chant Diphonique Mongol

Dans ce style de chant, nous pouvons en distinguer deux principaux : Le « höömij » (Xöömij, khöömii ou khöömei), qui est le nom générique pour la pratique du chant diphonique Mongol et littérairement en Mongol, veut dire « Pharynx ». L’autre est le « kargyraa » (Xarxiraa ou harhiraa) qui signifie « Petite Rivière » dans le jargon de l’Altaï.

Le chant diphonique (höömij) est l’association d’un bourdon créé par notre voix fondamentale et une pression du larynx qui est superposée à une mélodie d’harmoniques accentuées par des positionnements buccaux et de la langue.

Il en découle différents genres, comme : l’uruuliin xöömij (xöömij avec battements de lèvres), le tagnai xöömij (xöömij palatal trillé), le bagalzuuriin xöömij (xöömij de gorge), le xamriin xöömij (xöömij nasalisé), le tseejni xondiin xöömij (xöömij de poitrine), le xargia xöömij (xöömij profond)…

Le kargyraa se rapproche plus d’un raclement de gorge. Ce sont certains tissus présents au-dessus des cordes vocales qui sont mises en vibration et produisent une tessiture plus grave avec des harmoniques fluettes.

Le chant diphonique est ancestral et, à nos jours, nous ne pouvons certifier une date précise. Il est pratiqué principalement en Haute-Asie chez les Mongols, Touvas, Khakashs, Bachkirs, Altaiens et Tibetains.

Voici un document de 618 pages, la « thèse de Johanni Curtet – Ethnomusicologue » sur « La transmission du höömij, un art du timbre vocal : ethnomusicologie et histoire du chant diphonique mongol ». Voir au format pdf
(Source : ici)

Riche de dix années de pratique dans le chant harmonique et le chant traditionnel Mongol, je vous propose de suivre ma technique d’apprentissage pour le chant diphonique. Pour commencer, je vous initierai au chant harmonique beaucoup plus accécible que l’on retrouve dans le chant des mantras. Puis après une bonne métrise, nous évolurons vers le chant diphonique Mongol, beaucoup plus complexe à maîtriser…

Depuis 2006, j’ai commencé à être initié par Gérard Bertin selon la méthode de Trần Quang Hải en chant harmonique. Puis lors de stage j’ai pu approfondir mes connaissances avec Johanni Curtet, et de grands maîtres du chant diphonique Mongol tels que : Baatarin Odsuren, Najidin Sengedorj, Dashdorjin Tserendavaa, et Nerguigin Ganzorig (de gauche à droite de la photo).

Cours privé de Chant Diphonique / Chant Harmonique

À Auribeau sur Siagne chez moi (06 – Alpes-Maritimes)
ou à votre domicile (* voir conditions)

40 € le cours (Durée 1h30)
* Frais en suppléments pour tous déplacements à domicile
(À définir selon le lieu)